17, rue Irénée Carré 08000 Charleville-Mézières Tél : +33 (0)3 24 32 12 29 fax : +33 (0)3 24 54 68 27 Mél : infos ale08.org

Energies renouvelables Biogaz La plus grosse unité de méthanisation en voie sèche chez nos voisins meusiens

Energies renouvelables

Faire un don

grâce à

Agenda

Formation aux économies d'électricité Dr Watt

Formation aux économies d’électricité Dr Watt


7e rencontres nationales des Territoires à Energie POSitive

7e rencontres nationales des Territoires à Energie POSitive


3 ème assises des plans de mobilité

3 ème assises des plans de mobilité


Exposition "Energies de Transition et Territoires" et fête de la science

Exposition "Energies de Transition et Territoires" et fête de la science


Formation "béton de chanvre" dans la Meuse

Formation "béton de chanvre" dans la Meuse


Journée de sensibilisation à la géothermie très basse énergie en Grand Est

Journée de sensibilisation à la géothermie très basse énergie en Grand Est


Voir tout l'agenda >


La plus grosse unité de méthanisation en voie sèche chez nos voisins meusiens

Dernière mise à jour le 12 février 2015

La SARL du poirier vert à Auzecourt, dans la Meuse, exploite une unité de méthanisation en voie sèche discontinue, mise en route en juillet 2012. Il s’agit de la plus importante du genre. Le biogaz est valorisé dans un moteur de cogénération d’une puissance électrique de 190 kW. Retour sur la visite ...

La méthanisation en voie sèche discontinue est une technologie adaptée aux déchets à haute teneur en matière sèche qui ne peuvent être pompés. Elle s'adresse notamment aux éleveurs dont les effluents d'élevage sont pailleux (taux de matière sèche > 20 %). Plusieurs options de voie sèche discontinue sont proposées par les constructeurs (en silo, en garage ou en container) avec des degrés d'automatisation variables. Mais le retour d'expérience est faible car peu d'installations de ce type sont en fonctionnement en France.

Le principe est simple: enfermer de la matière organique dans un digesteur (silo, garage, container) chauffé, en l'absence d'oxygène et en humidifiant la matière avec du percolat. Contrairement à la voie humide continue, il n'y a pas d'apport de matière fraîche pendant la durée de séjour et celle-ci n'est pas brassée. Pour parvenir à une production continue de gaz, il faut donc plusieurs digesteurs chargés en décalé.

La SARL du Poirier Vert a opté pour la technologie en silo, développée par la société ARIA. L'unité est composée de sept silos digesteurs de 36m x 7m x 3m (6 actuellement en fonctionnement), d'une préfosse destinée à recueillir les co-substrats liquides et d'une cuve de récupération des jus. Un poste d'hygiénisation a été installé pour le prétraitement de certaines matières. Une torchère est présente sur site pour brûler d'éventuels excédents de biogaz. Les digesteurs sont recouverts d'une bâche en PVC, puis d'un isolant mince et enfin d'une bâche EPDM.

La matière séjourne trois mois dans les digesteurs à une température de 48 °C. Une pompe de recirculation des jus est mis en route deux fois par jour pour arroser les matières en digestion. La conduite de l'unité nécessite une manutention importante. Un silo est vidangé et rechargé en matière fraîche tous les 15 jours. Cette opération mobilise deux personnes pendant trois jours. Le débâchage/rebâchage et la réinstallation des tuyaux de répartition des jus sont des opérations fastidieuses. La SARL du Poirier Vert, est équipée d'un enrouleur de bâche pour faciliter l'opération. La surveillance quotidienne de l'unité nécessite une heure en moyenne.

Le gisement est de 8500 tonnes. Il est constitué de fumiers mous, de boues de papeterie, de déchets agro-industriels et de collectivités. Pour cette raison, l'unité est une ICPE à autorisation. Elle fait l'objet d'une surveillance trimestrielle de la DREAL. Un pont bascule permet de peser les matières entrantes sur l'unité.

Le biogaz est valorisé dans un moteur Man 100 % biogaz de 190 kW électrique pour 220 kW thermiques. La chaleur produite sert en partie à alimenter un réseau de chaleur de douze habitations. Elle est vendue à 5 c€/kWh.

L'investissement est conséquent puisque le coût est de l'ordre de 11 700 €/kW électrique installé. Les subventions en ont couvert 40 %.

Une extension de puissance à 250 kW est prévue, de même qu'une valorisation chaleur pour le séchage de fourrage et de plaquettes forestières.